Une histoire avec Clematis (Clématite)

Publié le 27/07/2019 - Catégorie : Élixirs floraux

Les quintessences florales de Bach sont bien plus qu’une simple définition. Il faut oser sortir des mots pour plonger dans leur essence par le biais de l’expérimentation. C’est ainsi que les fleurs nous touchent et que les histoires se tissent.  

Nous avons tous une manière personnelle de percevoir et de vivre la rencontre avec ces remèdes. Chacune de nos expériences vient ajouter une petite touche de couleur à la définition proposée par le Dr Bach.

Pour ma part, j’ai tout de suite été très attirée par la belle Clematis Vitalba, une fleur que l’on peut facilement croiser à la campagne ou en ville. Je vous livre ici un rapide portrait et la compréhension que j’ai pu en avoir.

Quelques mots sur Clematis

Cet élixir s’utilise principalement pour les personnes rêveuses, dans la lune, peu présentes à la réalité et manquant de concentration. Elles sont plus souvent préoccupées par l’avenir que par le présent. En quelque sorte, le Dr Bach a découvert une plante capable de ramener sur terre et à la vie des mentalités de ce type.

Vous remarquerez que la consonance latine son nom, Clematis Vitalba, appelle déjà à la rêverie. De plus, en apprenant à mieux connaître sa botanique, on se rend compte à quel point elle rejoint le message de la fleur.

La clématite (des haies) est une plante grimpante qui pousse au-dessus et au travers des autres végétaux pour gagner en hauteur et aller vers la lumière. On dirait un tapis d’étoiles blanches un peu laiteuses qui parsème la nature de sa douce lumière.

Puis, comme le dit Julian Barnard, « quand les feuilles sont tombées et les arbres dénudés, « la joie des voyageurs » (comme l’appela l’herboriste John Gerard en 1597) se présente comme une fumée ou nuage bas qui pend sur les chemins. Chaque gousse porte une vingtaine de graines noires individuelles, chacune une akène, queue argentée de quelques quarante centimètres de long. Celle-ci permet à la graine de se laisser porter par le vent qui l’éloigne de la plante mère ».

Retour à la réalité

Grâce à un échange avec mon formateur en Fleurs de Bach, j’ai cru percevoir un sens nouveau à propos de cet élixir. Il suffit parfois que quelqu’un mette des mots sur un ressenti un peu confus pour que toute la dimension énergétique de la fleur se déploie. Je vous retranscris ici ses propos :

« Clematis c’est quand on est plein de rêves, que l’on a la conscience du très Grand. On peut alors avoir du mal à les matérialiser et on se sent déçu de sa vie. C’est comme si on ne se réalisait pas vraiment. Il y a comme une rupture entre deux dimensions. Ainsi, cet élixir nous permet d’incarner nos souhaits dans la matière, la forme, de nous reconnecter à la terre, de nous ancrer profondément dans la réalité. Nous pouvons alors vivre ce que nous avons à vivre, dans le temps qui nous est imparti, ici et maintenant, tout en affirmant clairement : oui, je le veux ».

J’ai l’impression que chaque Fleur de Bach est une clef qui nous permet d’ouvrir de nouvelles portes et de voir les choses autrement. Se risquer à prendre Clematis, c’est se donner l’autorisation de vivre une vie imparfaite mais heureuse, en restant profondément enraciner à la matière, notre réalité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *