La méthode de l’ébullition

Publié le 10/12/2021 - Catégorie : Élixirs floraux

Pourquoi choisir une nouvelle méthode ?

A ce jour, il n’y a pas d’explication écrite de la part d’Edward Bach concernant cette alternative. Certaines questions resteront en suspend, comme son choix de préparer l’essence florale de Marronnier Blanc (White Chestnut) par solarisation et celle du Marronnier Rouge (Red Chestnut) par ébullition.

Nous ne pouvons donc faire que des hypothèses quant à ce parti pris :

  • Lors de la découverte de ces dix-neuf nouveaux « remèdes », le Dr Bach traversait des états émotionnels intenses et ne pouvait attendre des conditions plus ensoleillées. 
  • Certains élixirs (tels le prunier, l’orme ou le tremble) doivent être préparés relativement tôt dans le printemps, au moment où l’ensoleillement est encore timide. Mais le mauvais temps ne semble pas expliquer pleinement ce recours, notamment pour l’ajonc (préparé par solarisation) dont la floraison arrive début avril (en Grande-Bretagne).
  • Parmi ces essences, le Docteur Bach a choisi des arbres et arbustes ligneux (donc plus durs) qui nécessiteraient une préparation par ébullition, mais on trouve également des végétaux plus délicats (Dame d’Onze Heures, Moutarde, Eglantier) pour lesquels cela se justifie moins. 

Explications pratiques

La méthode de l’ébullition ou encore dite de « décoction » est utilisée pour les fleurs d’arbres, d’arbustes ou de buissons qui s’épanouissent tôt dans l’année. Elle se déroule de la même manière qu’une solarisation sauf que les tiges et fleurs sont bouillies.

Les « remèdes » ainsi préparés (découverts entre 1934 et 1935) sont souvent qualifiés de plus « spiritualisés » que les précédents. Cela signifie que les états émotionnels auxquels ils correspondent permettent de sublimer la douleur en compréhension ou encore de métamorphoser la maladie en guérison.

Grâce à leur soutien nous passons par l’épreuve du feu, étape incontournable dans tout processus de changement. A l’image des fleurs qui se désintègrent sous l’effet du feu, nous sommes invités à dissoudre nos vieux schémas et à changer. Julian Barnard l’écrit en ces termes : « Regarder les fleurs se faner puis brunir dans l’eau bouillante, c’est comme assister à une sorte de désintégration »1.

De plus, cette méthode utilise un procédé inverse avec l’élément feu. Tandis que la puissance vient du haut (soleil) dans la solarisation, elle arrive du bas dans l’ébullition. On pourrait dire que le feu porte l’énergie vers le haut tout comme l’âme de l’individu cherche à s’élever

Essences florales concernées

Aspen (Tremble) ; Beech (Hêtre) ; Cherry Plum (Prunier Myrobolan) ; Chestnut Bud (Bourgeon de Marronnier) ; Crab Apple (Pommier Sauvage) ; Elm (Orme) ; Holly (Houx) ; Honeysuckle (Chèvrefeuille) ; Hornbeam (Charme) ; Larch (Mélèze) ; Mustard (Moutarde) ; Pine (Pin) ; Red Chestnut (Marronnier Rouge) ; Star of Bethlehem (Etoile de Béthléem) ; Sweet Chestnut (Châtaignier) ; Walnut (Noyer) ; Wild Rose (Eglantier) ; Willow (Saule). 

Ebullition Etoile de Béthléem
Ebullition – Ornithogalum umbellatum © François Deporte

Etapes de la préparation

  • Prélever des fleurs sur des arbres différents quand cela est possible.
  • Cueillir des fleurs sur des tiges d’environ 15 cm.
  • Faire attention à ce qu’il y ait également des bourgeons et des feuilles
  • Poser les fleurs avec leurs tiges et leurs feuilles dans un récipient (acier/émail) rempli au trois-quart d’eau de source.
  • Porter à ébullition.
  • Laisser 30 min dans l’eau bouillante.
  • Retirer les fleurs sans les toucher.
  • Laisser refroidir avant la filtration.
  • Eliminer les impuretés en filtrant le mélange.
  • Le poser quelques minutes au soleil pour finaliser le processus et amplifier l’énergie de l’élixir. 

La suite de la préparation est la même que pour la méthode de la solarisation.

Flacon de première dilution
Illustration © Mamie Motel

Références bibliographiques

1 Barnard. J. (2005 ). Sur les traces du Docteur Bach et de ses fleurs. Ulmus Ltd.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.